5 septembre 2020

Historique

Une histoire plus que centenaire pour une école tournée vers l’avenir.

Voir aussi l’article :  L’évolution du bâtiment de Sainte-Chrétienne et de son parc

Origine : la congrégation des soeurs de Sainte-Chrétienne

L’origine du nom « Sainte-Chrétienne » vient de la famille Méjanès, qui habitait en Moselle, en France. Avec quelques amis, cette famille a créé une communauté de chrétiens, fervents disciples de Jésus-Christ à partir de 1789. En 1807, la communauté devient une congrégation religieuse et a pour mission d’éduquer et de soigner. Cette nouvelle congrégation porte le nom des Sœurs de l’Enfance de Jésus et de Marie, sous le patronage de Sainte-Chrétienne.

Le bâtiment

Le bâtiment de l’Institut Sainte-Chrétienne de Chimay a été construit en 1901 par l’architecte français Chantran. À l’époque, le bâtiment se nommait « villa des Roses » et était occupé par la famille Chantran. Il a été mis en vente en 1903 et acheté par les soeurs de Sainte Chrétienne. Celles-ci en effet ont dû s’exiler en Belgique pour pouvoir poursuivre leurs oeuvres, interdites en France. La population de l’établissement reste quasi exclusivement française. Durant la seconde guerre mondiale, les soeurs interrompent les cours pour soigner les soldats et participent à la Résistance, notamment en hébergeant des enfants juifs.

 

L’enseignement spécialisé à Chimay

Depuis 1969, une section d’enseignement spécialisé est mise en place pour des enfants de primaire à Chimay. Cependant, l’enseignement dit « spécialisé » a vu le jour avec la promulgation de la loi du 6 juillet 1970. Cette école primaire mixte spécialisée se trouvait au numéro 2, place Mont-Joly à Chimay (aujourd’hui, se trouve l’école Saint-Pierre et Paul ; enseignement primaire). En 1973, l’IMP (institut médico-pédagogique) rejoint le CREIRF “Centre régional d’enseignement individualisé et de réadaptation fonctionnelle”, l’enseignement primaire spécialisé, dans les bâtiments de la rue Mont-Joly. En 1976, ces deux institutions liées, déménagent au 1, rue du Faubourg, à Chimay.

Durant ce temps, en 1972, un enseignement secondaire individualisé pour les filles voit le jour grâce aux sœurs de Notre-Dame de Chimay. Les élèves occupent alors le grenier de ce qui est aujourd’hui l’école Saint-Pierre et Paul avant de déménager au 4, place du chapitre à Chimay et qui se nommait Institut Notre-Dame.

En 1980, les sœurs de Sainte Chrétienne de Metz décident d’arrêter la formation de jeunes français en vue du bac et mettent en vente le bâtiment de Chimay mais avant cela, les sœurs ont agrandi et fait évoluer le bâtiment. 

L’institut Sainte-Chrétienne

Ainsi, en 1981, le Pouvoir organisateur des institutions, se porte acquéreur du bâtiment.
Le déménagement du primaire, secondaire et l’IMP a eu lieu en juin 1982 et les délibérations de fin d’année scolaire se sont déroulées à Sainte-Chrétienne. Le Directeur était à cette époque Monsieur André Tahon.

L’école secondaire s’appelait alors « Institut Notre-Dame » et l’école primaire était reprise sous l’appellation « Centre Régional d’Enseignement Individualisé et de Réadaptation Fonctionnelle » (CREIRF).

Le bâtiment faisait partie de l’ordre religieux Sainte-Chrétienne et pour honorer les sœurs de Metz qui occupaient le bâtiment auparavant, le Pouvoir organisateur a nommé l’école « Institut Sainte-Chrétienne » en 1985.

Et aujourd’hui ?

L’Institut d’enseignement secondaire spécialisé Sainte-Chrétienne de Chimay accueille chaque année plus de 200 élèves, compte 80 membres du personnel, propose trois formes d’enseignement, des parcours débouchant sur une qualification professionnelle, l’enseignement en alternance (CEFA), l’intégration dans l’ordinaire.

C’est aussi une école qui compte nombre d’ateliers de formation professionnelle et d’adaptation sociale, des projets culturels de grande ampleur, trois salles informatiques et du matériel mobile ainsi qu’un laboratoire créatif numérique.

 

Page rédigée par Mr Nicolas avec le concours de Mr Luc